24
Juin
2020
|
14:00
Asia/Baku

Une femme, une carrière et un Arocs - Doreen Trabert conduit le spécialiste du BTP de la gamme Mercedes-Benz

Résumé
  • L’entreprise de transport et d’excavation Luzia Knackert, installée dans le Land de Thuringe, s’appuie sur le nouvel Arocs 1848 pour ses activités sur route et ses chantiers
  • Sécurité accrue grâce à la MirrorCam, à l’Active Brake Assist 5 et au Sideguard Assist
  • Le régulateur de vitesse intelligent Predictive Powertrain Control (PPC) diminue la consommation tout en augmentant le confort de conduite de Doreen Trabert, la conductrice
  • Alternative à la traction intégrale, sans réduire la charge utile : le système Hydraulic Auxiliary Drive (HAD) est une aide idéale au démarrage sur terrain délicat

Vacha (Thuringe) – Doreen Trabert ne pourrait grimper une telle pente avec une semi-benne et de simples roues arrière motrices. Elle devrait faire un détour, voire même faire la queue derrière les autres camions qui attendant aux portes. Heureusement, son Arocs 1848 est équipé du système Hydraulic Auxiliary Drive (HAD), un entraînement auxiliaire du pont avant. De quoi permettre au camion d’affronter sans souci cette partie abrupte de la carrière. Les moteurs du HAD, installés dans les moyeux avant, offrent à l’essieu antérieur une traction supplémentaire. Et le duo tracteur/semi-benne de pouvoir appréhender cette difficile montée les yeux fermés – et s’ouvrir ainsi la route vers le monticule où Doreen Trabert doit décharger du gravier fin.

Efficace sur route, à l’aise hors-piste

A 42 ans, elle qui est chauffeur et patronne et qui ne rechigne pas à conduire, utilise depuis près d’un an un Arocs dernière génération produit à Wörth. Il s’agit d’un tracteur attelé à une semi-benne, utilisé presque au quotidien. "Le véhicule est utilisé principalement sur route, mais il doit aussi affronter des terrains glissants sur les chantiers," explique Doreen Trabert, la jeune patronne de l’entreprise de transport et d‘excavation créée par sa mère Luzia Knackert et installée à Vacha en Thuringe. "C’est pour cela que nous avons commandé un Arocs avec la MirrorCam, le nouveau Predictive Powertrain Control (PPC) et le HAD."

Visibilité panoramique nettement améliorée grâce à la MirrorCam

Le système digital MirrorCam remplace sur l’Arocs les traditionnels rétroviseurs extérieurs. Il offre au conducteur plus qu’une simple vision vers l’arrière – il apporte au chauffeur des informations complémentaires sur les écrans d’affichage à l’intérieur de la cabine. En cas de dépassement, par exemple, des lignes matérialisant la distance vers l’arrière du camion indiquent au chauffeur s’il peut revenir dans sa voie d’origine. "Ce que j’apprécie particulièrement par exemple, c’est la vision dégagée offerte par l’absence de rétroviseurs extérieurs, les caméras étant arrimées sur le haut de la cabine," explique Doreen Trabert. "Ainsi, lorsque vous manœuvrez ou abordez des virages serrés, votre vision est optimale et vous êtes en sécurité !" Doreen Trabert aime aussi que les caméras soient moins sales que les glaces des rétroviseurs. "Cela augmente la sécurité." Pour la propriétaire de l’entreprise, équiper son Arocs du nouveau système de freinage automatique d’urgence Active Brake Assist 5 avec détection piéton et du Sideguard Assist, est un point d’honneur.

Consommation réduite jusqu’à 5 % sur route secondaire grâce au PPC

Outre ces aspects sécurité, l’efficience du nouvel Arocs a été un argument décisif d’achat pour l’entreprise de transport et d’excavation Luzia Knackert. Le nouveau PPC peut en effet être utilisé sur les routes secondaires – c’est exactement le type de routes que l’entreprise familiale parcourt avec sa flotte et son nouvel Arocs. Sur ces routes, Doreen Trabert a réduit sa consommation de près de 5 % en utilisant ce nouveau PPC. La raison : ce cruise-control intelligent tient compte du rayon des virages, des limitations de vitesse et des règles de priorité aux carrefours en plus des pentes et collines comme auparavant. "Je peux désormais traverser la campagne en utilisant en permanence ce cruise-control," ajoute Doreen Trabert. "En plus des économies de carburant, ce que j’aime particulièrement, c’est quand le PPC réduit de lui-même la vitesse à 50 km/h avant l’entrée dans une agglomération et qu’il reprend ensuite tout seul sa vitesse initiale. Cela réduit le stress et vous n’avez plus à vous soucier de conduire trop vite par erreur."

A son affaire sur et en dehors de la route grâce au HAD

L’aide au démarrage apporté par le système HAD facilite largement le quotidien de Doreen Trabert. Il fonctionne jusqu’à 25 km/h et, grâce à son poids réduit favorable à la charge utile comparé à une classique transmission intégrale, il est plus adapté aux camions de BTP qui passent beaucoup de temps sur la route. Lorsqu’elle s’engage sur un terrain difficile, Doreen Trabert active le HAD d’une simple pression sur un bouton de la console centrale. Le symbole adéquat apparait alors au centre du cockpit multimédia. Lorsque le HAD est opérationnel, une pompe accouplée au moteur délivre une puissance de 450 bars vers les moteurs intégrés dans les moyeux de roue du train avant. Ce qui signifie que 40 kW/54 ch de puissance supplémentaire sont disponibles dans chacun de ces moyeux – le symbole de la planche de bord est alors bleu.

Traction maximale sur une courte période, une demie-tonne de charge utile en sus

"Le HAD nous convient parfaitement, parce que nous avons besoin d’une traction maximum que sur une courte période. Le système est nettement moins lourd qu’une transmission intégrale, ce qui autorise une charge utile supérieure de 500 kilos," explique Doreen Trabert. "C’est tout bénéfice !" Pour ce patron-chauffeur, le HAD est sans comparaison aucune avec un système toutes roues motrices enclenchable. "Nous avons là un gain en charge utile de 350 kilos et, lorsque le camion est vide, la consommation de carburant est en permanence inférieure à celle d’un camion à transmission intégrale grâce au poids réduit du camion."

Le système “hydraulic auxiliary drive” a aussi quelques avantages supplémentaires : la pompe haute pression du HAD est installée sur la prise de force du moteur, la pleine puissance étant donc disponible même lors des changements de vitesse – actuellement, seuls les Mercedes-Benz peuvent être équipés de cette solution. Des distributeurs hydrauliques rotatifs spéciaux intégrés à la fusée d’essieu protègent les tuyaux contre les torsions et assurent une réelle fiabilité au système. Le filtre à huile doit être changé tous les 600 000 kilomètres.

Toute une famille passionnée pour le camion

"Là où d’autres camions sont bloqués, notre Arocs continue à rouler grâce au HAD et n’a pas besoin d’être remorqué par un bull, ce qui coûte temps et argent" précise Doreen Trabert En ce qui concerne les affaires courantes, le patron-chauffeur est de plus en plus coincé au bureau : il y a 15 camions à gérer. Elle s’assoit au volant pour remplacer un chauffeur ou pour les transferts. Lorsqu’elle travaille au bureau, Peter Wedhorn, dans l’entreprise depuis 23 ans, conduit l’Arocs. Son verdict : "Pour un travail combiné route/chantier, le nouvel Arocs est le meilleur camion dans lequel je me suis assis. Systèmes d’assistance, interfaces utilisateurs, performances : le conducteur peut profiter de la meilleure technologie actuelle." C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le nouvel Arocs est utilisée comme véhicule de démonstration dans l’école de conduite Knackert, également dirigée par la famille Trabert. C’est là que Peter Wedhorn officie pour les formations pour conducteurs exigées par la législation allemande (BKrQG). Selon ce dernier : "Tous ceux qui conduisent au quotidien un vieux camion sont absolument stupéfaits, lorsqu’ils montent à bord de notre Arocs, de voir ce qu’il est possible de faire avec le cockpit multimédia et toutes ses fonctions !"