07
Septembre
2003
|
05:00
Asia/Baku

Sur les traces des marchands de soie: un convoi humanitaire de poids lourds en route pour l'Afghanistan

  • Parrainé par l'Union européenne, DaimlerChrysler met en place un convoi de poids lourds sur la "nouvelle Route de la Soie"
  • 200 tonnes de matériel destiné à la reconstruction de l'Afghanistan
  • La consolidation du corridor de transport Europe-Caucase-Asie TRACECA doit apporter prospérité et stabilité politique dans une région du monde riche en traditions

A l'initiative de DaimlerChrysler AG et sous le parrainage de l'Union européenne, un convoi de dix poids lourds, chargés de plus de deux cent tonnes de biens, a pris la route de l'Afghanistan en vue d'aider à sa reconstruction. Ce matériel, fourni par les deux organisations humanitaires allemandes AGEF gGmbH (=Arbeitsgruppe Entwicklung und Fachkräfte) et THW (= Bundesanstalt Technisches Hilfswerk), sera utilisé d'urgence, notamment pour rétablir l'approvisionnement en eau potable, restaurer le réseau de transport d'électricité et permettre la réouverture d'écoles et d'hôpitaux. Le coup d'envoi officiel du convoi a été donné à Bruxelles par des réprésentives de l'Union européenne. Le 7 septembre 2003, Eckhard Cordes, membre du Directoire et responsable de la division Véhicules industriels au sein de DaimlerChrysler AG, a quant à lieu donné le signal de départ effectif aux camions qui parcourront quelque 6 000 kilomètres du TRACECA. A cette occasion, il a déclaré: "Nous sommes un groupe international et avons des clients et des actionnaires dans le monde entier. A ce titre, nous attachons beaucoup d'importance à notre rôle social. Ce faisant, nous soutenons la politique menée par l'Allemagne en faveur de cette région."

Le poids lourd, moyen de transport le plus avantageux

Le TRACECA, corridor de transport Europe-Caucase-Asie, est un projet qui, soutenu financièrement par l'Union européenne, doit redonner vie à l'ancienne Route de la Soie. C'est d'ailleurs à ce mythique axe commercial que le projet européen auquel participent treize Etats d'Europe orientale et d'Asie doit son appellation de "nouvelle Route de la Soie". Le convoi humanitaire constitue un galop d'essai pour ce projet prometteur, dont la coordination est assurée par la filiale de DaimlerChrysler Dornier Consulting GmbH sous mandat de l'Union européenne. "Si le transport par voie terrestre et par poids lourd ne pose ni problème ni danger, nous disposerons d'une solution économique pour approvisionner cette région en biens humanitaires. Le niveau des coûts de transport constitue souvent un obstacle à l'envoi des marchandises nécessaires", explique Eckhard Cordes. Et d'ajouter que le transport par camion engendre, selon le volume, un coût jusqu'à 2/3 inférieur par rapport au transport par avion. La portée de cette initiative de DaimlerChrysler est d'autant plus grande que le convoi de poids lourds doit être accueilli par les chefs d'Etat et représentants de sept pays du TRACECA.

La route, un défi pour l'homme et la technique

Equipés de remorques gracieusement mises à disposition par le constructeur Krone, les dix Actros Mercedes-Benz seront conduits par des journalistes travaillant pour de grands titres de la presse européenne du transport, ainsi que par des chauffeurs d'essai de DaimlerChrysler. Dans les jours à venir, ils parcourront l'Autriche, la Hongrie, la Serbie et le Monténégro avant de faire étape en Bulgarie sur le littoral de la mer Noire le 11 septembre 2003. De là, ils gagneront en ferry la ville de Poti en Géorgie. Ils poursuivront ensuite leur voyage à travers ce pays, via Tbilissi, passeront la frontière azerbaïdjanaise dite du "Pont Rouge" et arriveront enfin à Bakou, sur les bords de la mer Caspienne. Basé dans la capitale azerbaïdjanaise, le secrétariat permanent du TRACECA se chargera de fournir aux spécialistes des transports les dernières informations sur l'avancement réel du projet TRACECA. Le 20 septembre 2003, les Actros Mercedes-Benz prendront le ferry à Bakou pour traverser la mer Caspienne, parfois très agitée, jusqu'au port de Turkmenbachi. De là, ils parcourront près de 1 200 kilomètres à travers le Turkménistan en passant par la capitale Achgabat. Le convoi s'acheminera ensuite vers l'Ouzbékistan où il fera halte dans les deux villes historiques de Boukhara et de Samarkand, importants carrefours de l'ancienne route commerciale reliant l'Orient et l'Occident. Le voyage se poursuivra en direction du Sud. Le 1er octobre 2003, à Termez, les camions emprunteront le "Pont de l'Amitié" qui relie l'Ouzbékistan à l'Afghanistan et achèveront leur périple aux centres logistiques d'Hayraton en Afghanistan.
Il faudra environ un mois pour parcourir ces quelque 6 000 kilomètres, une durée qui met en lumière le rôle que jouent dans ce voyage les hommes et la technique. Dans un premier temps, les autoroutes et routes nationales permettront une avancée rapide. Roulant de 10 à 12 heures par jour, le convoi ne pourra ensuite progresser que par étapes de 250 à 350 kilomètres maximum. Ce rythme particulièrement lent témoigne des difficultés et des exigences du trajet, les ascensions de routes montagneuses à moins de 25 km/h alternant avec les traversées de grandes étendues steppiques et désertiques sous des températures supérieures à 50 °C. Commentaire de Klaus Maier, responsable de la division Poids lourds Mercedes-Benz: "D'un point de vue technique, nos véhicules sont aussi capables de résister à des conditions extrêmes comme celles-ci. Au cours des dernières années, l'Actros Mercedes-Benz a eu l'occasion de prouver sa fiabilité dans 98 pays situés aux quatre coins de la Terre. Le convoi humanitaire doit permettre de confirmer que la nouvelle génération de véhicules, introduite cette année, possède les mêmes qualités."

Le TRACECA: corridor de transport Europe-Caucase-Asie

Acronyme de "Transport Corridor Europe Caucasus Asia", le TRACECA trouve son origine dans la volonté de donner une nouvelle vie à l'ancienne Route de la Soie et de renforcer ainsi le libre-échange de marchandises entre le continent européen et le continent asiatique. Mis en place à la demande de l'Union européenne et de ses huit pays signataires, le projet a vu le jour en 1993, suite à l'ouverture des frontières vers l'Europe de l'Est. Depuis, le programme a été adopté par treize états: l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Moldavie, la Roumanie, le Tadjikistan, la Turquie, le Turkménistan, l'Ukraine et l'Ouzbékistan. Ces pays ont tous placé de grands espoirs dans la renaissance de cette voie commerciale à la portée historique qui reliait autrefois la Chine à la Méditerranée. Leur objectif principal consiste à éliminer les difficultés liées aux frontières et à accroître considérablement la compétitivité du TRACECA par rapport aux autres corridors de transport Est-Ouest. La nouvelle Route de la Soie a pour vocation de relier la Chine et le Pacifique à Amsterdam et à la mer du Nord et d'apporter ainsi croissance économique et stabilité politique à tous les Etats et régions impliqués dans le projet. A ce sujet, le président géorgien Edouard Chevardnadze a déclaré: "Le 21ème siècle verra la concrétisation de la nouvelle Route de la Soie - une voie commerciale qui contribuera d'une manière considérable au développement de l'économie mondiale et de la culture du troisième millénaire."
Jusqu'à présent, l'Union européenne a engagé dans le cadre du programme TRACECA - "nouvelle Route de la Soie" - quelque 57,4 millions d'euros pour 39 projets de consulting et 52,3 millions pour 14 projets d'investissement. Les infrastructures routières et ferroviaires sont au centre de tous ces projets, dans la mesure où le développement des échanges commerciaux entre continents et pays limitrophes ne peut se faire sans la mise en place d'un réseau de transports performant. De l'efficacité des voies de communication dépend également l'arrivée d'investisseurs étrangers.
Le plan d'action mis au point par les Etats membres vise à améliorer l'accès maritime et terrestre aux différents marchés mondiaux. Pour ce faire, les difficultés liées aux frontières doivent être éliminées et les processus de transport optimisés, ce qui exige l'harmonisation des politiques de transport et la ratification de documents à valeur internationale. La privatisation ciblée du secteur des transports contribuera à la mise en place d'une économie de marché.

Affectée au transport des biens humanitaires et matériaux fournis par la communauté internationale en vue de la reconstruction de l'Afghanistan, la nouvelle Route de la Soie a pris une signification bien particulière. Lors de la deuxième conférence annuelle du TRACECA qui s'est tenue au printemps 2002, les présidents et ministres des transports des pays membres ont défini, dans un programme en dix points, les conditions nécessaires à la réussite du projet. Ainsi, les documents de contrôle utilisés à l'entrée de marchandises dans un pays ont été simplifiés et harmonisés. Les tarifs de transport appliqués par les pays limitrophes ont quant à eux été uniformisés et les diverses taxes réduites. Grâce à un système d'information et de contrôle, un certain nombre de modifications a pu être mis en œuvre afin de simplifier le transport des biens humanitaires vers l'Afghanistan.
Mandatés par l'Union européenne, les spécialistes en transports du groupe Dornier Consulting, filiale de DaimlerChrysler, ont assuré la coordination du programme TRACECA en 2001. A cet effet, des bureaux ont été installés à Odessa (Ukraine), Bakou (Azerbaïdjan) et Tachkent (Ouzbékistan) afin d'assister les pays membres sur place.

Une initiative de DaimlerChrysler

Les essais sur route menés dans le cadre du convoi humanitaire s'inscrivent dans le prolongement de l'aide sociale et culturelle apportée par DaimlerChrysler à l'Afghanistan, un pays qui, dans le contexte politique actuel, risque de tomber dans l'oubli. Depuis plus d'un an, le groupe a lancé toute une série de projets. Suite à plusieurs entretiens avec le président afghan Hamid Karzai, il a été décidé d'un plan d'action et le "Forum Afghanistan" a vu le jour. Dans ce cadre, divers projets pour l'avenir de l'Afghanistan ont été définis par des professeurs et étudiants afghans. DaimlerChrysler apporte d'ores et déjà une aide concrète à la reconstruction du pays, en contribuant notamment à la formation de monteurs-mécaniciens et en soutenant le complexe sportif et éducatif "City of Youth" installé dans la capitale.

TRACECA et essais sur route sur Internet

Pour obtenir des informations quotidiennes sur le convoi humanitaire et l'avancement du voyage, rendez-vous sur notre site Internet à l'adresse indiquée ci-dessous:
· www.mercedes-benz.com/seidenstrasse (www.mercedes-benz.com/silkroad)
· www.daimlerchrysler.com
· www.zdf.de