06
Novembre
2020
|
19:00
Asia/Baku

Quand l'Unimog rencontre une Simplex....

Bigfoot rencontre une “coupeuse d’asphalte”

Les énormes pneus de l’Unimog U 5023 semblent redoutables face aux pneus étroits de la Mercedes Simplex de 1902. Aucune surprise : l’an passé, le U 5023 a dû surmonter des pentes extrêmement raides pour battre le record du monde de conduite à haute altitude au Chili, tout en faisant face à des rochers aux arrêtes bien vives. Et les pneus ballon à basse pression ont largement aidé l’Unimog dans cette entreprise. Les pneus de la Simplex sont, eux, tout à fait conformes à ces surpuissantes « coupeuses d’asphalte » que l’on croisait à son époque.

Il n’y a pas que les pneus, il y a aussi la carrosserie de la Simplex – d’un poids de 1,7 tonnes – qui semble bien délicate comparée aux 5,5 tonnes bien costaudes de l’Unimog. Mais c’est l’inverse en ce qui concerne le moteur : 5.1 litres pour l’Unimog, 6,8 litres pour la Simplex. Deux véhicules mus par un moteur de même architecture, à 4 cylindres. Mais c’est tout ce qu’il y a de commun entre eux. Car au niveau puissance, l’Unimog reprend la tête : 230 chevaux contre 45 pour la Simplex.

C’est enfants de la même famille se sont retrouvés à Immendingen, une piste d’essais du groupe Daimler. En compagnie d’autres élégantes sportives portant l’étoile, comme la fameuse 300 SL ou les actuelles GT hautes performances de la marque. Toutes les étoiles ensemble – comme sur les photos. Mais le véhicule le plus lourd est resté l’Unimog.