05
Juillet
2011
|
02:00
Asia/Baku

Nouvel Actros: plus de kilomètres, moins de gazole

  • 4.5 % de consommation moyenne en moins en Euro VI

  • 7,6 % de consommation en moins en Euro V

  • Quand économie rime avec écologie, pour une efficacité maximum

  • Ligne de fret routier régulière est-ouest : Rotterdam – Stettin - Rotterdam

  • Résultats supervisés par l'organisme de certification Dekra

  • Consommation record pour le nouvel Actros entre 25,1 et 25,9 l aux 100 kilomètres

Après un périple de 10 000 kilometres et sept jours de trajet, le résultat officiel est tombé : le nouvel Actros de Mercedes-Benz allie des émissions ultra basses à des consommations qui ne le sont pas moins. Ce poids lourd aux émissions nocives maîtrisées, de série en standard Euro VI, affiche des résultats inférieurs de 80% aux standards actuels. Parallèlement, cette toute nouvelle génération de camions, qui a été totalement repensée de manière à répondre à la norme Euro VI, consomme 4,5 % moins de diesel que la génération Actros précédente.

Ces résultats confirment la promesse faite par Daimler : le nouvel Actros est réelement capable de concilier des exigences environnementales plus strictes à des performances économiques encore améliorées. En outre, la moindre consommation entraîne un impact enviromental réduit d'autant, avec des des rejets de CO2 en baisse de 80%.

Et les transporteurs routiers qui acquièrent leur nouvel Actros avec le standard Euro V optionnel vont bénéficier d'une efficience encore accrue en comparaison avec l'ancien modèle. Ainsi, par exemple, le nouvel Actros, en version 1845 BlueTec 5, a consommé 7,6 % de gazole de moins que l'ancien Actros 1844 BlueTec 5 sur les 10 000 kilomètres de ce test comparatif.

Ces données absolues, mesurées sur ce périple de 10 000 kilomètres, sont impressionnants quand on les lit. L'Actros 1844 BlueTec 5 a établit sur cette distance une consommatino moyenne de référence de 27,1 litres aux 100 kilomètres. Ce véhicule était doté de la spécification optionnelle de « type Nardo » - ce camion ayant établi en 2008 un record de consommation sur le circuit italien de Nardo, dûment inscrit au Guiness Book des Records - et était donc optimisé en matière de résistance au roulement.

Son successeur, l'Actros 1845 BlueTec 6 réussit néanmoins à battre cette superbe performance de 4,5 %, se contentant de 25,9 litres de gazole aux 100 kilomètres en moyenne. Le standard Euro VI deviendra obligatoire dans l'Union Eurpéenne à partir de 2014. Le standard optionnel Euro V a en outre permis au nouvel Actros 1845 BlueTec 5 de consommer 7,6% de moins que la version 1844 BlueTec 5 « Nardo ».

En plus d'une consommation de gazole amoindrie, le nouveau Mercedes-Benz Actros a besoin de beaucoup moins d'AdBlue. Le test routier de 10 000 kilomères réalisé sur le trajet Rotterdam - Stettin aller-retour a en effet révélé une différence de plus de 40% entre l'ancien 1844 LS (1.55 l/100 km) et le nouveau Actros 1845 LS Euro VI (0.86 l/100 km). La consommation d'AdBlue pour le nouvel Actros en version Euro V sur ce même trajet s'est établie juste sous les 1,1 l aux 100 km.

Cet essai longue distance avec trois tracteurs Actros dotés d'une remorque, chacun avec un PTAC de 40 tonnes, a débuté à Rotterdam en Hollande le 26 juin dernier et a continué non-stop. Le trio a pris la destination de Stettin en Pologne. Jusque tard dans la nuit de samedi 2 juillet, des opérations de transport régulier ont été simulées sur des trajets est-ouest transversaux, typiques des opérations longue distance en Europe.

Trois versions d'Actros - un 1844 BlueTec 5 et deux nouveaux Actros 1845, un BlueTec 6 et un BlueTec 5 – ont chacun couvert un petit peu plus de 10 000 kilomètres en plusieurs rotations de 24 heures. Le kilomètrage journalier moyen s'est établi à 1 600 kilomètres, se décomposant en un trajat de 800 km effectué de jour, et un parcours de nuit équivalent. Chaque étape a été couverte par deux employés de l'usine Mercedes-Benz au volant de chacun des trois camions.

La consommation moyenne a été mesurée par un ingénieur d'essais de l'organisme de certification allemand Dekra. Ce dernier, outre chaque passage à la pompe, a en outre supervisé l'ensemble de ce test de consomation longue distance. Les mesures relatives et absolues de consommation obtenues sont exclusivement basées sur les données mesurées par cet ingénieur Dekra. Le gazole et l'huile moteur utilisées durant toute cette semaine de test routier étaient fournis par Shell.

L'évaluation établie dans le rapport officiel de Dekra confirment la promesse faite par Andreas Renschler, responsable de Daimler Trucks et de Daimler Buses, et membre du Comité de Direction de Daimler AG, au lancement mondial du nouvel Actros à Bruxelles le 21 juin dernier. Mr Renschler a revendiqué à juste titre, que, selon son standard d'émissions, le nouveau modèle se contente de trois à sept pour-cents de carburant en moins que l'ancien Actros Euro V.

Ainsi, le groupe Daimler a réussi à résoudre un conflit qui semblait insolvable auparavant, à savoir que les normes d'émissions plus strictes requièrent une réduction des émissions d'oxyde d'azote (NOx) et de particules et mènent à une hausse de la consommation de carburant.

Un progrès technologique majeur était indispensable pour sortir de ce cercle vicieux. Un tel cap ne peut être franchi que lorqu'un véhicule subit une refonte complète, comme celle dont a bénéficié le nouvel Actros de Mercedes-Benz. La chaine cinématique, où tout se joue en matière de consommation accueille ainsi une nouvelle génération de moteurs, des boites de vitesses améliorées et de nouveaux essieux, le tout étant surmonté par une nouvelle gamme de cabines établissant des records en matière d'aérodynamique.

Cet ensemble de mesures réussit donc à éviter la hausse de consommation, tant redoutée avec les exigeances de la norme Euro VI. Et le nouvel Actros va même au-delà, puisqu'il réussit non seulement à faire baisser les émissions à des niveaux à peine détectables, mais aussi à baisser la consommation de gazole par rapport à son prédecesseur.

En conséquence, la marque à l'étoile est capable de faire à ses clients une proposition digne d'intérêt, leur permettant de devancer les exigeances environnementales à venir en investissant dans des véhicules Euro VI au bon moment. En prévision des dépenses substantielles à venir, en rapport aux technologies complexes de contrôle des émissions Euro VI, il incombe cependant aux gouvernements de jouer leur rôle en offrant des incitations adaptées pour encourager de tels choix écologiquement responsables.