02
Janvier
2015
|
01:00
Asia/Baku

No title 350

  • La légendaire voiture de sport des années 50 renaît sous une forme nouvelle
  • Design avant affichant les caractéristiques de la Flèche d'Argent de Formule 1
  • Le visage aux doubles projecteurs typiques des modèles Mercedes d'aujourd'hui
  • Les tendances du design des voitures de sport de demain

Janvier 1999. Salon international nord-américain de l'Automobile, à Detroit: Mercedes-Benz présente la vision d'une future voiture de sport hautes performances, la « Flèche d'Argent de demain ». Trois initiales suffisent à mettre en évidence le caractère particulier de cette automobile: SLR.

Avec ces trois lettres, le constructeur automobile de Stuttgart évoque en effet les légendaires voitures de course des années 50 et les victoires sensationnelles remportées lors des Mille Miglia en Italie, lors du Tourist Trophy en Irlande du Nord, ou encore lors de l'Eifelrennen sur le Nürburgring. Les plus grands pilotes de course tels que Sir Stirling Moss, Juan Manuel Fangio ou Karl Kling ont pris place à bord du 300 SLR Mercedes-Benz, et l'ont conduit de victoire en victoire.

Eté 2003: le projet SLR prend forme. Environ quatre ans après la présentation du showcar à Detroit, un nouveau Gran Turismo amorce la dernière ligne droite et accélère pour le sprint final. Il fêtera sa première mondiale en septembre 2003.

Les designers, les ingénieurs et les responsables de la planification produit ont mis au point une automobile qui fait à tous points de vue partie de la catégorie la plus haute qui soit: une voiture de sport comme seule le constructeur automobile le plus riche en traditions aurait pu la concevoir, en collaboration avec un partenaire tout aussi expérimenté que compétent issu du sport automobile.

Tradition plus modernité plus avenir. Telle est la devise que semblent incarner ces nouvelles voitures de sport hautes performances. Le concept de design le montre clairement: le SLR reprend tant des éléments typiques des modèles de compétition SLR de 1955 que des caractéristiques de la Flèche d'Argent moderne, championnes du monde en 1998, et les combine aux lignes tournées vers l'avenir des voitures particulières Mercedes d'aujourd'hui. En mariant ces détails stylistiques de façon aussi réussie et fascinante, Mercedes-Benz dessine les tendances que suivra le design des voitures de sport de demain.

Style Formule 1: doubles ailerons prononcés et pointe avant effilée

Le fait que le nouveau SLR McLaren Mercedes-Benz descende en droite lignée des voitures de compétition performantes des temps modernes est surtout visible au niveau de sa proue. Son centre est dominé par la pointe effilée et très prononcée de la flèche d'argent de Formule 1, qui entoure l'étoile Mercedes et témoigne ainsi sans faire l'ombre d'un doute de ses liens avec une maison riche en traditions.

Juste en dessous se déploient d'autres éléments stylistiques typiques des bolides de Formule 1 à bord desquels McLaren-Mercedes a remporté le Championnat du monde en 1998 et avec lesquels cette même équipe court désormais vers la victoire: les doubles ailerons avant. Tout comme sur la Flèche d'Argent, ces profilés d'aile, loin de n'être que des caractéristiques stylistiques aisément identifiables, sont également indispensables pour des raisons liées à l'aérodyna-misme. Ils exercent une forte pression sur l'essieu avant et contribuent ainsi de façon décisive à l'obtention du comportement routier sûr et digne d'un modèle de compétition du nouveau SLR.

Les designers du SLR ont décliné le thème des ailes dans d'autres zones de la carrosserie, de manière à parvenir à une grande homogénéité du point de vue formel: reliant également les zones entre les projecteurs et la pointe avant, les profilés des ailes servent d'appui aux deux rétroviseurs extérieurs et parent les optiques arrière, où les diodes lumineuses des clignotants sont logées dans deux profilés d'aile autoportants et superposés.

Style Mercedes: les doubles projecteurs, véritable signe caractéristique

Au-delà de la grande prise d'air servant au refroidissement du moteur s'étend un capot moteur large et plat, dont l'arête arrière se trouve sous le point de départ des montants A, ce qui permet d'obtenir un pare-brise descendant très bas. Il s'agit là encore d'une caractéristique propre au sport automobile, privilégiée pour offrir les conditions de visibilité requises pour une conduite rapide.

La configuration des phares reprend le principe bien connu, mais toutefois modifié ici, des doubles projecteurs, avec lequel Mercedes-Benz donne depuis 1995 à ses voitures particulières un style reconnaissable entre tous. Dans la version réinterprétée spécialement pour le SLR de cet élément stylistique, les feux de croisement et de route forment une unité tout en continuant à afficher clairement leur forme ovale très marquée. Les designers ont de plus conçu, pour les puissants phares-spots, des cuvelages qui rappellent les objectifs d'appareils photo très perfectionnés. L'aspect haut de gamme des projecteurs est par ailleurs mis en valeur par le recours à un verre transparent.

Comme sur toutes les voitures particulières Mercedes d'aujourd'hui, les ovales des doubles projecteurs constituent les prémices formelles du modelage du capot moteur et des ailes. C'est en effet à partir des arrondis des projecteurs que partent des courbes très prononcées, qui évoquent sciemment l'anatomie humaine: elles se déploient comme des muscles athlétiques le long des ailes et en disent long sur la puissance à l'état pur que ce sportif de haut niveau affiche sur la route.

Ces formes, alliant la douceur à la puissance et au dynamisme, sont combinées à des lignes nerveuses et tendues. Résultat: une sculpture saisissante, qui met clairement en valeur la transposition sans compromis du concept hautes performances. La voiture de sport affiche sa musculature sans complexes, mais aussi sans agressivité – et profile sa silhouette très travaillée et peaufinée jusqu'à la dernière fibre, prête à effectuer un sprint à tout moment.

S'étendant loin vers l'arrière, les courbures des projecteurs intérieurs se prolongent harmonieusement jusqu'aux montants A et font ainsi la transition, au niveau optique, entre la partie avant et le compartiment passagers. Mais de leurs formes arrondies ressortent également, sur le capot allongé, des lignes nettes et tendues détermi-nantes pour l'apparence des montants A et du design latéral. Il s'agit là aussi de l'une des conditions de base auxquelles doivent obéir les proportions typiques et pleines de puissance de la silhouette du SLR: caractérisés par un capot moteur allongé, une taille ferme, un compartiment passagers aux dimensions exactes et une partie arrière courte, le design évoque clairement des éléments conceptuels des voitures de sport Mercedes d'hier, tout en symbolisant l'allure puissante et futuriste du nouveau SLR.

Vue de dos, la voiture de sport hautes performances dégage la même impression de puissance et d'harmonie. Cela est dû au tracé élégant des lignes, du compartiment passagers au couvercle de coffre, obtenu grâce à des montants de pavillon étroits, se rétrécissant vers le bas. A l'inverse de la Flèche d'Argent SLR des années 50, dont la poupe suivait une douce courbure descendante, le couvercle de coffre du nouveau SLR reste élevé, pour des raisons concernant l'aérodynamisme.

Des essais réalisés en soufflerie ont en effet montré que la portance et la résistance à l'air peuvent ainsi être sensiblement réduites, ce qui se traduit par une stabilité de marche optimale. Le becquet arrière mobile, qui se déploie en fonction de la vitesse de marche et au freinage, et qui sert ainsi également de frein pneumatique, contribue – tout comme le diffuseur à six canaux intégré au pare-chocs arrière – à l'équilibre aérodynamique optimal de la voiture de sport.

Les grands feux arrière ne manquent pas d'attirer les regards. D'une part en raison de la forme triangulaire marquée et typiquement Mercedes des verres de recouvrement de couleur rouge, qui s'étendent loin sur les flancs et soulignent ainsi la largeur de la carrosserie. D'autre part parce que la technique d'éclairage moderne qui est employée ne peut qu'attirer l'attention: les feux de recul et les feux de stop se composent au total de 51 diodes électroluminescentes rouges, réparties sur toute la surface des optiques arrière, d'où un effet avertisseur particulièrement efficace. Surtout au freinage, lorsque les diodes luminescentes brillent avec une intensité lumineuse redoublée.

Style traditionnel SLR: des « ouïes » latérales et des portes papillon à large angle d'ouverture

C'est surtout vue de profil, où le mythe SLR continue à vivre sous la forme de grandes prises d'air placées sous les profilés des portes, que la nouvelle voiture de sport hautes performances affiche clairement ses liens de filiation avec une maison riche d'une longue expérience dans le domaine du sport automobile. Ces « ouïes » sont toutefois bien plus que de simples éléments conceptuels, dans la mesure où elles servent aujourd'hui comme hier à refroidir le compartiment moteur. Les designers ont mis cette fonction en relief, sur le nouveau SLR, en augmentant la surface des ouïes vers l'arrière et en les délimitant à l'aide d'une ligne tendue, qui se poursuit avec dynamisme dans les portes papillon et contribue à leur donner leur forme.

Le nouveau modèle Gran Turismo reprend une autre caractéristique typique de la version coupé, adaptée pour la route, de la légendaire voiture de compétition SLR conçue en 1955 par Rudolf Uhlenhaut, alors responsable des essais chez Mercedes: les portes papillon.

Dans leur interprétation moderne, elles ne sont pas fixées au toit mais aux montants de pavillon avant, et elles basculent en avant de façon à permettre un grand angle d'ouverture. Ce nouveau concept se traduit par une apparence tout aussi séduisante que celle des années 50 et par un angle d'ouverture accru, si bien que la montée à bord et la descente s'effectuent en tout confort pour le conducteur et le passager avant.

Fonctionnalité et fascination – Ces attributs valent aussi et surtout pour l'intérieur de cette puissante voiture de sport hautes performances. Les lignes sont volontairement dépouillées de façon à mettre en avant l'essentiel: le dynamisme et le plaisir de conduire. Les sièges baquet sont conçus sur mesure grâce à des modules de capitonnage amovibles, le volant à trois branches est muni de touches servant à changer les rapports manuellement et rapidement et les cadrans imitant l'apparence d'un chronomètre exclusif offrent au conducteur toutes les informations dont il a besoin.

Le point d'orgue de l'habitacle est sans conteste possible la console centrale parée d'aluminium haut de gamme, qui semble faire office de trait d'union entre l'extérieur et l'intérieur, en reprenant au niveau optique les courbures typiquement Formule 1 du capot moteur, et qui prolonge les lignes puissantes du design avant jusqu'à l'arrière du SLR, dans un mouvement fluide passant par le tunnel de transmission.

L'habitacle se caractérise également par l'alternance intéressante de différents matériaux. L'aluminium et le carbone contrastent avec un cuir souple « Flèche d'Argent », qui a été conçu spécialement pour la nouvelle voiture de sport hautes performances et qui se distingue par sa qualité unique et par son épaisseur. De nombreux coloris différents sont disponibles – parmi lesquels le rouge flamboyant qui ajoutait déjà des notes spécifiques dans les inoubliables et légendaires voitures de sport SL et SLR des années 50 et qui rend la tradition automobile particulièrement tangible.