Montigny-le-Bretonneux (78),
05
Avril
2018
|
15:26
Asia/Baku

Les premiers nouveaux Sprinter sortent des usines allemandes

Les tous premiers Sprinter de série sont sortis des chaines des usines de Düsseldorf et de Ludwigsfelde en Allemagne. Le nouveau Sprinter est le seul grand utilitaire encore made in Germany. Il sera aussi construit à partir de la fin 2018/début 2019 aux Etats-Unis dans la nouvelle usine de Charleston en Caroline du Sud (au lieu de CKD) et dans l’usine argentine de Buenos Aires.

Lors d’un évènement organisé début mars à l’usine de Düsseldorf, son directeur, Armin Willy a déclaré : « Après trois années de préparation, les équipes sont fin prêtes pour le lancement de la production en série du nouveau Sprinter fourgon ». Trois jour plus tard, à Ludwigsfelde dans la banlieue de Berlin sortait le premier nouveau Sprinter châssis-cabine. En toute logique, le slogan de l’évènement célébrant ce job # 1 reprenait celui du nouveau Sprinter: « 100% pour vous ». Cela traduit la très grande versatilité de ce véhicule, en particulier dans les versions châssis, destinées à être carrossées. Plus de 1 700 variantes sont disponibles. Combinées aux 600 options et 100 peintures proposées, plus d’un million de configurations sont possibles.

2,5 milliards d’euro pour le nouveau Sprinter

Avec son boitier Hermes livré de série, le nouveau Sprinter inaugure une nouvelle ère digitale dans la catégorie. Il est disponible en France à la commande dans le réseau Utilitaires, les premières livraisons étant prévues fin juin. Après le lancement européen suivront les autres marchés. Les nouvelles versions traction avant permettent de proposer un véhicule plus bas de 80 mm, offrant 50 kilos de charge utile supplémentaire et un tarif plus accessible. Et c’est en 2019 que sera présentée la version électrique baptisée eSprinter.

2,5 milliards d’euros au total ont été investis dans le nouveau Sprinter. Cela concerne le développement du produit, les usines, la vente et l’après-vente. Ce total inclut 300 millions pour le site de Düsseldorf qui construira aussi le eSprinter et 150 pour Ludwigsfelde. En outre, entre 2017 et 2025, Mercedes-Benz Vans investira plus de 200 millions d'euros dans le développement de la production intelligente et a expérimente déjà un projet de production selon le process RFID à Ludwigsfelde.

Lancées respectivement en 1995 et 2006, les deux premières générations de Sprinter ont été vendues en cumul à plus de 3,4 millions d‘exemplaires dans 130 pays. Pour sa dernière année pleine, le Sprinter « II » a même battu son record avec 200 500 Sprinter propduits l’an passé.

A propose de l’usine de Düsseldorf

Düsseldorf est la plus grande usine de Mercedes-Benz Vans. Appartenant anciennement à Auto-Union, elle produisit dès 1962 des utilitaires Mercedes-Benz L319 – ancêtres du Sprinter -, assemblés jusqu’alors à Sindelfingen. Elle produit tous les fourgons Sprinter hors USA, Argentine et Chine. Elle a un rôle pilote pour toutes les usines Sprinter dans le monde et emploie 6 500 collaborateurs.

A propos de l’usine de Ludwigsfelde

Troisième usine la plus importante de Mercedes-Benz Vans, elle est dédiée aux Sprinter châssis-cabine et à la nouvelle version tête motrice (tracteur) destinée aux camping-cars. Elle compte 2 000 salariés. Sise en ex Allemagne de l’Est, elle a produit son premier camion en 1965. Devenue propriété à 100% de Daimler AG en 1994, elle a successivement produit les T2, Vario, Vaneo et le Sprinter châssis-cabine à partir de 2006.