15
Novembre
2010
|
01:00
Asia/Baku

La CLS Shooting Brake sera construite à l'usine Mercedes-Benz de Sindelfingen

  • Lancement commercial en 2012 et intégration dans le processus de fabrication de Sindelfingen

  • Dieter Zetsche : « La décision de produire la CLS Shooting Brake souligne le rôle de pionnier que joue Mercedes-Benz dans le design et l'innovation automobiles. »

La CLS Shooting Brake va être produite en série. À partir de 2012, le coupé sportif quatre portes, dont l'arrière distinctif s'inspire directement de la CLS, sortira de la ligne de montage de Sindelfingen.

Cette usine, la plus grande unité de production Mercedes-Benz au monde, va donc ajouter un modèle à une panoplie déjà vaste : actuellement, le site produit la Classe C berline, la Classe E berline et break, la Classe S, les coupés CLS et CL, ainsi que les modèles Maybach et Mercedes-Benz Guard. L'usine a récemment entamé la production de la Mercedes-Benz SLS AMG et d'une petite série de Classe B mue par une pile à combustible. Et en 2014, la Mercedes-Benz SL sera également assemblée à Sindelfingen. La décision de construire la CLS Shooting Brake illustre la flexibilité du site. Le nouveau modèle sera en effet assemblé sur la même ligne de production que la CLS et la Classe E berline.

La CLS Shooting Brake, une interprétation nouvelle et attrayante d'un concept à forte composante émotionnelle, a fait ses débuts au salon Auto China en avril 2010. Aujourd'hui, la vision des designers Mercedes quant au futur développement du concept ‘coupé' devient réalité. Le lancement commercial est prévu pour 2012.

Les proportions sont celles d'un coupé, cela ne fait aucun doute : capot allongé, fenêtres étroites sans montant latéral, toit tendu venant mourir sur la malle. Il faut y regarder à deux fois pour s'apercevoir que la Shooting Brake possède bien quatre portes et un grand coffre. Des proportions étonnantes, qui évoquent clairement un autre mythe du design, la CLS.

D'où vient le nom de ‘Shooting Brake' ?

"Break" (ou l'homonyme ‘brake') était jadis le nom donné aux voitures chargées de dompter les chevaux sauvages et de calmer leurs ardeurs pour les utiliser comme chevaux de trait. L'opération pouvant facilement endommager le véhicule, on avait l'habitude de ne pas utiliser à cette fin les voitures dont on risquait d'avoir besoin par ailleurs. Les ‘brakes' étaient parfois dotés de carrosseries variables, servant par exemple à transporter tout ce qu'il fallait pour la chasse. Dans ce cas, il était question de ‘Shooting Brake' ou ‘Shooting Break' (‘shoot' signifie ‘tirer à l'arme à feu'). Dans les années 1960 et 1970, les Britanniques appréciaient les Shooting Breaks motorisés, des véhicules mixtes associant le luxe d'un coupé avec l'espace et la modularité.