25
Février
2013
|
01:00
Asia/Baku

Il y a 50 ans : présentation de la « Pagode » à Genève

  • La 230 SL (W 113) remplaçait les modèles 300 SL et 190 SL

  • Une série dont le nom était inspiré par la forme de son toit

Le lancement de la Mercedes-Benz 230 SL lors du Salon Automobile de Genève de mars 1963 fit sensation : neuf ans après l'introduction des modèles sportifs 300 SL (W 198) et 190 SL (W 121) en 1954, Mercedes-Benz présentait au monde automobile l'unique successeur de ces deux premières SL de légende. Connu en interne sous le nom de W 113, ce roadster à deux places se caractérisait par un confort exceptionnel, d'excellentes performances, et une sécurité exemplaire.

L'équipe chargée du développement de la « Pagode », dirigée par le designer en chef Friedrich Geiger, avait su créer un véhicule au style résolument contemporain, qui établissait une nouvelle référence en termes de sécurité. Car en effet, la 230 SL a été la première voiture de sport au monde à être équipée d'un châssis sécurisé composé d'un habitacle rigide doté de zones de déformation à l'avant et à l'arrière. Les travaux réalisés par les ingénieurs sur le W 113 ont ainsi reflété les idées développées par Béla Barényi en termes de sécurité passive des carrosseries de véhicules. La courbure intérieure caractéristique du toit amovible du Coupé avait permis d'améliorer la sécurité passive du véhicule : sa forme concave augmentait la stabilité, tout en réduisant au maximum le poids du véhicule.

La courbure du toit du Coupé, conçue par Paul Bracq, rappelait d'une certaine manière la forme d'un toit de temple oriental, ce qui explique que cette W 113 ait rapidement été appelée « Pagode ».

Luxueuse et sportive à la fois

Les bases techniques du Roadster ont été inspirées de la berline de luxe Mercedes-Benz 220 SE (W 111) : le plancher raccourci et renforcé de la W 113, tout comme la suspension, provenaient de la W 111, prédécesseur de l'actuelle Classe S. Le moteur de la 220 SE constituait aussi la base du développement du moteur à six cylindres en ligne de 150 CV (110 kW) M 127 (avec une cylindrée de 2306 cm3), avec lequel la nouvelle gamme de modèles SL avait été lancée sur le marché en 1963. Pour la première fois sur un SL, une transmission automatique à quatre rapports était disponible en option.

Vers la fin de l'année 1966, le 230 SL a été remplacé par le 250 SL. Son moteur à six cylindres en lignes (M 129) développait toujours une puissance de 150 CV (110 kW), mais générait 10% de couple en plus. Ce modèle pouvait passer de 0 à 100 km/h en 10 secondes, gagnant 1,1 seconde sur la version introduite en 1963. La vitesse maximale du 230 SL et du 250 SL était de 200 km/h.

Enfin, en 1968, le 280 SL muni du moteur M 130 fut la troisième et dernière version de la gamme W 113 à être lancé. Son moteur six cylindres en ligne de 2778 cc développait 170 CV (125 kW) et permettait à ce modèle d'abattre le 0 à 100 km/h en 9 secondes. Sa vitesse maximale était toujours de 200 km/h, ce qui était très respectable pour l'époque.

Les trois modèles SL qui ont composé la gamme W 113 étaient chacun disponibles sous forme d'un classique roadster à capote repliable, d'un modèle avec hard-top, et d'une version « California », vendue donc en Californie avec hard-top mais sans capote. En option, Mercedes-Benz pouvait installer un siège transversal supplémentaire à l'arrière du modèle sport. La production du W 113 s'est arrêtée en mars 1971, après 48 912 modèles fabriqués.

Le successeur de la « Pagode », la série « R 107 », était entièrement nouveau, tant sur le plan technique que stylistique, et créa de nouvelles références à son tour. Ce fut, par exemple, le premier SL à recevoir un moteur huit cylindres.


Le saviez-vous ?La Classe S sera le thème central du stand Mercedes-Benz Classic qui sera présent lors du Retro Classics 2013 de Stuttgart (du 7 au 10 mars 2013), et du Techno Classica de Essen (du 10 au 14 avril 2013).