07
Octobre
2019
|
11:31
Asia/Baku

Du Tempo Matador au L 206

Stuttgart / Montigny-le-Bretonneux (78). En 1970, le L 206 D complétait la gamme de véhicules utilitaires Mercedes-Benz. Mais ce fut un long cheminement. Voici comment le Tempo Matador s'est transformé en L206 D.

En 22 ans d'existence, cet utilitaire aura changé trois fois de fabricant. Comment tout cela est-il arrivé ? Et qu'est-ce qui a rendu cette charmante camionnette si attrayante pour Mercedes-Benz ? Le modèle original, le Tempo Matador, était fabriqué à Hambourg depuis la fin des années cinquante. En 1966 passe sous la bannière de Rheinstahl-Hanomag après avoir été repris par la société mère Rheinstahl AG. Après la fondation de Hanomag-Henschel Fahrzeugwerke en 1968 puis sa reprise par Daimler-Benz AG en 1970, les modèles diesel de la série 206-306 reçoivent des moteurs diesel Mercedes-Benz. Ce sont les même qui équipent les berlines 200 et 220 D des célèbres « Stroke 8 », ancêtres de la Classe E. Un an plus tard, en 1971 donc, cet utilitaire traction intègre la gamme Mercedes-Benz. Ces nouvelles camionnettes L 206 D et L 306 D sont présentées la même année à l'usine Daimler-Benz de Düsseldorf. Contrairement aux modèles Hanomag-Henschel, encore disponibles, les modèles Mercedes présentaient de nouvelles caractéristiques.

Un complément de gamme attrayant pour Mercedes

Les camionnettes fabriquées à Harburg, un faubourg de Hambourg permettent un complément bienvenu à la gamme Mercedes-Benz existante. L’ex Tempo Matador était équipé d'un moteur avant et était une traction, ce qui permettait une surface de chargement totalement plane. Ce qui le différenciait des modèles concurrents et leurs moteurs à l’arrière. Les moteurs diesel Mercedes-Benz utilisés à partir de 1970 proviennent des voitures particulières : l'OM 615 de la 200 D (40 kW/55 ch) et, à partir de 1972, une version plus puissante de 44 kW/60 ch, issu de la 220. Les moteurs à carburateur Austin resteront utilisés sur les versions essence jusqu'à la fin de la production en 1977.

Peaufiné au fur et à mesure

Le Mercedes-Benz L 206 D recevait force modifications dès 1972 afin d’offrir plus de confort et de sécurité. Citons pêle-mêle, des sièges avant améliorés, des pédales suspendues et de nouveaux rétroviseurs extérieurs. La direction – qui pouvait être assistée, rare sur un VUL à l’époque - et les freins sont également optimisés, permettant de s’adapter aux conditions de circulation plus difficiles en ce début des années soixante-dix. Une version minibus électrique à l’étonnant chariot latéral supportant les batteries - baptisée LE 306 - fut testée la même année, entre autres aux Jeux Olympiques de Munich. Mais son autonomie et ses coûts énergétiques ne lui permirent pas de passer en (petite) série.

En janvier 1973, le L 206 D était proposé en de pimpantes couleurs, comme le jaune, le bleu « Colombia » ou le gris perle. En revanche, la bien connue face avant comme la conception traction avant restèrent inchangées. Ces utilitaires dotés d’une charge utile d’une à deux tonnes relevèrent bien des défis. Ils existaient en outre en version combi, lesquelles pouvaient accueillir confortablement jusqu'à huit passagers en plus du chauffeur.

Aujourd'hui, le L 206 D reste une camionnette emblématique des années 70 qui a fière allure lors de ses apparitions dans les rassemblements de voitures classiques. Et en tant que minibus, il complétait intelligemment la gamme des véhicules utilitaires sous son « grand frère », le L 407, encore utilisé dans le monde entier comme camping-car vintage.

 

Contact:

RP Vans Mercedes-Benz France

Francis Michel: 01.30.05.86.65

francis.michel@daimler.com

Liens sites media :

pages VUL site media Mercedes-Benz France:

https://media.daimler.fr/vans-general

pages Vans site media Daimler (en anglais):

https://media.daimler.com/marsMediaSite/en/instance/ko/Mercedes-Benz-Vans.xhtml?oid=9266262