03
Février
2016
|
01:00
Asia/Baku

Découvrables sportives et raffinées

Mercedes-Benz Classic au Salon Rétromobile 2016

Découvrables sportives et raffinées

Les cabriolets élégants et les roadsters sportifs font partie de l'ADN de la marque Mercedes-Benz. Rétromobile, le salon parisien de l'automobile ancienne, est l'occasion pour Mercedes-Benz Classic de mettre en lumière cette tradition combinant design, sportivité et confort. Seront ainsi exposées, aux côtés de la nouvelle Classe S cabriolet (A 217), les luxueuses 300 S de 1956 et 280 SE 3.5 Cabriolet de 1969 et les désormais classiques roadsters SL aux lignes inimitables que sont les 300 SL Roadster de 1959 et 280 SL de 1968. Le Salon Rétromobile, premier événement d'importance dédié de l'année à l'automobile ancienne, se déroulera du 3 au 7 février 2016 dans le cadre du Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Le stand Mercedes-Benz – L 064 – se trouve dans le Hall 1.

 

Paris – Mercedes-Benz a matérialisé depuis des générations les rêves de découvrables aussi sportives que luxueuses. Mercedes-Benz Classic profite de Rétromobile pour dévoiler cette dimension historique via un voyage dans le temps en exposant le savoir-faire de la marque de Stuttgart dans le segment de ces cabriolets et roadsters haut de gamme. Cinq voitures seront ainsi exposées sur le stand de la marque, affichant le goût de la firme pour ces modèles exclusifs.

La 300 S (W 188) comme la 300 SL Roadster (W 198) viennent tout droit des années 50. Lorsqu'elle fit sa première apparition publique au Salon de Paris en octobre 1951, la très exclusive 300 S était la voiture allemande la plus chère de son temps, plus onéreuse même que la pourtant déjà très onéreuse berline 300 dont elle dérivait. Dévoilée en 1957, la 300 SL Roadster était, quant à elle, la version découvrable de la 300 SL Coupé à portes « papillon » née en 1954. Un modèle étroitement dérivée de la voiture de course portant le même prénom (W 194) et qui remporta des succès majeurs en compétition en 1952 (24 Heures du Mans, Carrera Panamericana, etc). En compagnie de la 190 SL (W 121) lancée en 1955, la 300 SL Roadster fut à l'origine de la tradition des roadsters SL de la marque. Une lignée complétée sur le stand de Rétromobile par les 280 SL (W 113 « Pagode ») et 280 SE 3.5 Cabriolet (W 111), sans oublier la très récente Classe S Cabriolet (A 217).

Ouverture de la saison "classic”

Le salon Rétromobile est né il y a 40 ans. Depuis la première édition en 1976, il est devenu un événement international incontournable de la « scène » anciennes : il marque l'ouverture de la saison. Un salon qui rencontre un réel succès public : il se déroule dans le hall principal (Hall 1) et dans le 2.2 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris.

Les organisateurs attendant 450 exposants, plus de 100 clubs et plus de 500 véhicules exposés. Ils ont aussi prévu quelques expositions thématiques de véhicules hors du commun : les voitures de record du National Motor Museum de Beaulieu (Grande-Bretagne) sont ainsi attendues tout comme des cinq voitures « rhomboïdes » et quelques ancêtres du début du XXè siècle. La maison de vente aux enchères Artcurial profite aussi de Rétromobile pour organiser une vente de voitures anciennes et/ou historiques.

Le salon Rétromobile se déroulera du 3 au 7 février 2016. Une nocturne est prévue le mercredi 3 février, jusqu'à 22 H 00. Les autres jours, le salon est ouvert de 10 H 00 à 19 H 00.

Rétromobile 2016: les voitures exposées par Mercedes-Benz Classic

 

Mercedes-Benz 300 S Roadster (W 188, 1956-1958)

La 300 S fit ses débuts publics au Salon de Paris en octobre 1951, devenant d'emblée le porte-drapeau de la marque. Ce luxueux coupé, qui vit Mercedes-Benz revenir dans le segment de l'automobile de luxe pour la première fois depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale, fut proposé dès l'été 1952 en Coupé, Cabriolet et Roadster. Cette dernière version était fort proche du Cabriolet, sa capote un peu plus légère lui offrant simplement une allure un peu plus sportive. A l'automne 1955, Mercedes-Benz lança une 300 S équipée d'un moteur doté d'une très innovante injection directe essence lui offrant un surcroit de puissance de 18 kW/25 ch et une rare souplesse de fonctionnement. Cette nouvelle version, équipée d'un train arrière à axe central qui faisait alors le bonheur des F1 de la marque, prit le nom de 300 Sc. Son prix de 36 500 DM à l'époque fit d'elle la voiture allemande la plus chère du moment. Par comparaison, la légendaire Mercedes-Benz 300 SL était alors affichée à 29 000 DM. Avec 53 modèles fabriqués, la 300 S Roadster injection est l'une des plus rares voitures des années d'après-guerre.

Production : 1956-1958 Non de cylindres: 6 en ligneCylindrée : 2 996 cm3Puissance : 129 kW (175 ch)Vitesse maxi : 180 km/h

Mercedes-Benz 300 SL Roadster (W 198 II, 1957-1963)

Successeur du coupé 300 SL, la Mercedes-Benz 300 SL Roadster fut la vedette du Salon de l'Automobile de Genève en mars 1957. Techniquement, ce cabriolet reprenait le châssis tubulaire qui fit le succès du coupé mais dans une version permettant l'installation de portes à ouverture classique, indispensable sur ce genre de carrosserie. La suspension fut elle aussi modifiée : au train arrière à simple pivot succéda un système à ressorts. A partir de 1958, une option hard-top fut proposée au catalogue. C'est sur la base du modèle de série que fut développée la 300 SLS de course avec laquelle l'américain Paul O'Shea remporta aux USA en 1957 le championnat SCCA. La 300 SL Roadster resta au catalogue jusqu'en 1963, le temps de produire 1 858 exemplaires de cette auto très exclusive.

Production : 1957-1963Nombre de cylindres : 6 en ligneCylindrée : 2 996 cm3Puissance : 158 kW (215 ch)Vitesse maximum : plus de 250 km/h

Mercedes-Benz 280 SL (W 113, 1968-1971)

La SL "Pagode” Type W 113, ainsi appelée en raison de la forme unique de son hard-top, réussit le tour de force de mêler confort et sportivité. C'est aussi un mélange de ses deux prédécesseurs, la très sportive 300 SL (W 198) et la vaillante 190 SL (W 121). Des attributs qui séduisirent rapidement une clientèle qui adorait la puissance et l'onctuosité de son moteur tout comme le confort distillé y compris en conduite sportive. La version la plus aboutie de cette gamme lancée en 1963 est sans conteste la 280 SL équipée d'un moteur plus puissant de 15 kW/20 ch que les premières versions 230 et 250. Le 6 cylindres en ligne proposait un couple et un confort d'utilisation incroyables. La 280 SL séduisit à elle seule ainsi plus de clients que les autres versions, la 250 SL n'ayant, il est vrai, été produite qu'une seule grosse année.

Production : 1968-1971Nombre de cylindres : 6 en ligneCylindrée : 2 778 cm3 Puissance : 125 kW (170 ch)Vitesse maximum : 200 km/h

Mercedes-Benz 280 SE 3.5 Cabriolet (W 111, 1969-1971)

La Mercedes-Benz 280 SE 3.5 Cabriolet fut le porte-drapeau de la gamme des cabriolets W 111, produits entre 1961 et 1971. En matière de design et de style, la famille de ces cabriolets de luxe était basée sur la technologie des berlines « ailes pointues » lancée en août 1959. Les Coupé et Cabriolet reprenaient donc le principe des zones déformables en cas d'accident introduites pour la première fois sur cette génération de berlines. Aux côtés de la 220 SE et de son successeur, la 250 SE, l'exclusive et puissante 300 SE (W 112) élargit la gamme des coupés de luxe. Début 1968, Mercedes-Benz lança la 280 SE, suivie en Septembre 1969 par la 280 SE 3.5 Cabriolet, une version plus puissante équipée d'un tout nouveau V8 3.5 litres. De quoi transformer ce porte-drapeau en véritable sportive. Il reçut aussi à cette occasion quelques modifications stylistiques : calandre plus large et plus basse, le tout avec un capot plus bas. Seulement 1 232 exemplaires de ce cabriolet 8 cylindres à boîte automatique de série furent assemblés. C'est aujourd'hui une classique de son époque.

Production : 1969-1971Nombre de cylindres : 8 en VCylindrée : 3 499 cm3 Puissance : 147 kW (200 ch)Vitesse maxi : 205 km/h

Classe S Cabriolet (A 217, 2016)

C'est à l'automne dernier que Mercedes-Benz a dévoilé la Classe S Cabriolet, disponible dans les show-rooms au printemps prochain. Il marque le retour de la marque dans le segment des grands cabriolets, abandonné depuis 1971 et l'arrêt de la production de la série W 111. Le modèle A 217 propose une ligne somptueuse et la technologie de pointe de l'actuelle limousine Classe S ainsi qu'un système de chauffage et de protection de l'air unique dans le segment. Le confort de conduite de cette Classe S est largement dû à sa conception : cloison de coffre mêlant aluminium et magnésium ou poupe en pur alu. De quoi offrir au Cabriolet peu ou prou le même poids que celui du Coupé Classe S. On trouve sur ce cabriolet un système d'arceaux de sécurité utilisant de la pyrotechnie pour sortir en cas de souci et du gaz pour revenir en position initiale. La capote en toile peut être manœuvrée en roulant jusqu'à une vitesse maximale de 60 km/h.

Nombre de cylindres : de 8 en V (S 500) à 12 en V (S 65)Cylindrée : de 4 663 à 5 980 cm3Puissance : de 335 kW (455 ch) à 463 kW (630 ch)Vitesse maximum : 250 km/h (limitée électroniquement)Emissions de CO2 : à partir de 199 g/km

Photos et communiqués disponibles sur :

www.media.daimler.com/mbmuseum

Derniers films et photos :https://mercedes-benz-archive.com/marsMuseumArchives :

https://mercedes-benz-publicarchive.com