Stuttgart,
19
Juillet
2018
|
11:49
Asia/Baku

Conduite autonome en milieu urbain : Daimler et Bosch choisissent la plateforme d’intelligence artificielle de Nvidia

Résumé
  • Bosch et Daimler bientôt équipés de la plateforme d’intelligenge artificielle (IA) Drive Pegasus proposée par la société américaine Nvidia

  • Pour une conduite en ville entièrement autonome et sans conducteur, les architectures de systèmes doivent allier polyvalence et fiabilité technique

  • Les méthodes d'apprentissage automatique – « machine-learning » – de Bosch et Daimler généreront des algorithmes de conduite

  • Le réseau UCE destiné à la conduite urbaine autonome traite plusieurs centaines de milliards d'opérations par seconde

Les véhicules autonomes sont de complexes ordinateurs sur roues. Mais pour circuler en ville de manière autonome et traiter les données émises par les différents capteurs embarqués, leur puissance informatique devra encore augmenter. Dans le cadre de leur collaboration, Bosch et Daimler ont défini la capacité informatique requise par le système envisagé pour faire circuler en ville des véhicules sans chauffeur et hautement autonomes. Les deux entreprises ont choisi et signé un contrat avec la société d'informatique américaine Nvidia, spécialisée dans l’IA, pour qu’elle leur fournisse la plateforme d'intelligence artificielle dont ils ont besoin. L’IA est une composante majeure du réseau UCE (unités de commande électronique) des véhicules autonomes sans conducteur. Selon les termes du contrat, Nvidia mettra à disposition sa plateforme Drive Pegasus. Celle-ci est basée sur des processeurs automobiles IA haute performance et sur des logiciels qui traiteront les algorithmes de conduite générés par l'apprentissage automatique de Bosch et Daimler. Cela permettra au réseau UCE d'atteindre une capacité informatique de l'ordre de plusieurs centaines de milliards d'opérations par seconde. Ce seuil de performance est comparable à celui d’au moins six ordinateurs de bureau ultramodernes fonctionnant de manière synchronisée. Bosch et Daimler pourront par ailleurs profiter de l’expertise de Nvidia pour faire évoluer la plateforme.

Les données des capteurs traitées en l’espace de quelques fractions de seconde

Pour faire de la conduite autonome en ville une réalité, l'architecture de systèmes doit répondre aux critères de polyvalence et de fiabilité technique. Le niveau de performance du réseau UCE est tout aussi important, car la circulation urbaine engendre une énorme quantité de données à traiter. Ce réseau prend en charge l’intégralité des informations recueillies et transmises par une multiplicité de capteurs (radar, vidéo, lidar et à ultrasons). Par exemple, un seul capteur vidéo, comme la caméra vidéo stéréo de Bosch, génère 100 Go de données en un seul kilomètre. Le réseau UCE combine les données provenant des différents capteurs embarqués dans un processus nommé « fusion des capteurs ». Il analyse ces informations et détermine la trajectoire du véhicule en quelques fractions de seconde, soit la vitesse du temps nécessaire pour atteindre le cerveau humain (entre 20 et 500 millisecondes). Bosch et Daimler mettent leurs longues années d’expérience au service du développement de systèmes de sécurité fonctionnels. Pour maximiser la sécurité et la fiabilité, les opérations informatiques sont effectuées en parallèle par plusieurs circuits. Si un dysfonctionnement devait se produire, ce qui est peu probable, les résultats de ces calculs parallèles seraient accessibles quasi instantanément.

Le réseau UCE sera intégré au circuit de refroidissement des cellules des batteries

La puissance de calcul élevée et le nombre considérable d'opérations à réaliser rendent nécessaire le refroidissement du réseau UCE. C'est pourquoi Bosch et Daimler ont mis au point un concept de refroidissement liquide efficace. Dans le cadre de ce projet commun de conduite urbaine entièrement autonome et sans conducteur, Mercedes-Benz entend déployer des véhicules à batteries avec système de refroidissement embarqué. Les ingénieurs tirent ainsi le meilleur parti de cette technologie conventionnelle en intégrant le réseau UCE au circuit de refroidissement sophistiqué des cellules de batteries.

Une collaboration étroite entre les équipes de Bosch et de Daimler

En avril 2017, Bosch et Daimler ont annoncé qu’ils unissaient leurs forces dans l'objectif de faire circuler en ville des véhicules hautement autonomes et sans chauffeur. Leurs équipes développent un système de conduite permettant aux véhicules de circuler sans chauffeur dans un cadre urbain. La production en série devrait être lancée d'ici à la prochaine décennie. Les sociétés Bosch et Daimler sont implantées dans l’agglomération de Stuttgart et dans la Silicon Valley. Dans chacun de ces deux sites elles ont rassemblé leurs équipes qui occupent des bureaux presque voisins. Le partage des informations entre les différentes divisions s’en trouve ainsi accéléré et amélioré, tout comme la prise de décision.

 

Retrouvez le communiqué en français en pièce jointe.

Vous pouvez également consulter l'ensemble des informations complémentaires à ce projet via les liens en haut de l'écran.