26
Mai
2010
|
02:00
Asia/Baku

« Le pilotage automatique » : une nouvelle méthode de tests chez Mercedes-Benz pour des systèmes de sécurité de pointe

Conscient de l'importance des systèmes d'aide à la conduite de demain, Mercedes-Benz est le premier constructeur automobile au monde à intégrer dans son protocole d'essais de route une méthode de tests innovante. Les manœuvres délicates du point de vue de la sécurité et difficiles à reproduire par des conducteurs sont désormais effectuées par pilotage automatique sur circuits fermés. « Le pilotage automatique » permet de développer, de tester et de valider les systèmes d'aide à la conduite ainsi que d'autres équipements de sécurité. Les tests « à la limite » peuvent désormais être effectués sans présenter de danger ni de risques pour la santé des ingénieurs développement, ce qui se traduit par de réels avantages pour les clients de Mercedes-Benz. Ainsi, dans la mesure où les essais sont réalisés avec le plus haut degré de précision, cela permet de mettre au point et de valider des systèmes d'aide à la conduite correspondant parfaitement aux normes de qualité de Mercedes-Benz en dépit d'un niveau de complexité croissant.

Depuis de nombreuses années, Mercedes-Benz établit de nouvelles références dans le développement de nouvelles technologies pour l'amélioration permanente de la sécurité active et passive des automobiles. C'est à Mercedes-Benz que l'on doit les innovations en matière de sécurité passive comme la cellule passager rigide, la zone de déformation, l'airbag et la ceinture de sécurité trois points sans oublier la sécurité active comme l'ABS, ESP® et l'assistance des freins. Toutes ces innovations ont largement contribué à améliorer la sécurité routière en réduisant de manière significative le nombre de blessés et de morts parmi les usagers de la route.

Dans le domaine de la sécurité active, l'état actuel de la technologie se définit par les systèmes d'aide à la conduite intelligents qui transforment le véhicule en « partenaire actif », capable de voir, de ressentir et de réagir en cas de danger. Des systèmes tels que l'assistant angle mort, ATTENTION ASSIST, et l'assistant vision de nuit ciblent en particulier les dangers susceptibles de provoquer des accidents comme les changements de file, la fatigue ou le manque de visibilité la nuit.

« Grâce aux systèmes d'aide à la conduite de demain, nous serons capables de traiter des situations de circulation encore plus complexes et de diminuer les dangers inhérents à certains endroits comme les intersections », explique le professeur Bharat Balasubramanian, Responsable Innovations produits et Technologies des procédés R & D de Daimler AG. « Ces nouvelles méthodes d'essai de route automatisées nous permettent de répondre plus efficacement aux demandes en termes de qualité et de sécurité de fonctionnement que l'on exige de nos systèmes de sécurité. »

Le pilotage automatique offre une plus grande précision et libère les ingénieurs développement de certaines contraintes.

En complément des méthodes traditionnelles, Mercedes-Benz prévoit de répondre aux exigences en matière de fiabilité et de sécurité de fonctionnement dans ses prochains systèmes d'aide à la conduite en mettant en place le « pilotage automatique » de manœuvres test sur des pistes dédiées. Les prototypes utilisés à cette fin sont généralement des véhicules de série équipés de « robots » pour la conduite, l'accélération et le freinage. Un ordinateur embarqué contrôle le pilotage automatique de manière à suivre exactement un parcours préprogrammé, même si une manœuvre implique plusieurs véhicules.

Les ingénieurs d'essais du centre de contrôle suivent tout ce qui se passe et peuvent arrêter les véhicules à tout moment. Parallèlement, les véhicules effectuent des vérifications et freinent automatiquement s'ils enregistrent des écarts. Ainsi, la configuration des essais est sûre, tout en étant flexible. Tous les modèles Mercedes-Benz peuvent être équipés de l'équipement technique de « pilotage automatique ». Ce dispositif permet par ailleurs de tester un large éventail de systèmes et d'équipements de sécurité différents.

Grâce au « pilotage automatique », les ingénieurs peuvent analyser les innovations de sécurité en conditions réelles dans le véhicule, ce qui permet de résoudre deux problèmes majeurs : 

o La reproductibilité. Afin de calibrer avec précision les systèmes qui font l'objet des essais, de nombreuses variations et répétitions des tests sont nécessaires. De cette manière, tous les paramètres tels que distance, vitesse et angle de braquage des véhicules doivent répondre à des spécifications et doivent toujours être respectés avec précision afin de garantir la compatibilité.

o La sécurité. Dans la mesure où ces systèmes sont prévus seulement pour les situations les plus importantes, ces scénarios doivent être conçus pendant les essais. Les manœuvres exigent d'être minutées avec précision et ne doivent présenter aucun danger pour qui que ce soit.

 

Ces exigences dépassent généralement la capacité humaine, l'homme étant incapable de réagir avec suffisamment de rapidité et ne pouvant répéter les manœuvres avec la précision souhaitée. Cependant, pour les systèmes électroniques embarqués complexes, et pour les systèmes d'assistance en particulier, ces essais de route sont indispensables car leur validation fonctionnelle doit être effectuée d'une manière exhaustive et qui soit aussi proche de la réalité que possible.

La précision de répétition de cette méthode d'essai permet aux véhicules d'essai de conserver avec exactitude une vitesse et une trajectoire prédéterminées et de freiner très précisément. Par exemple, si un véhicule effectue un parcours prévu à l'avance plusieurs fois, les traces de tous les parcours varient les unes des autres de moins de deux centimètres. En imaginant que le véhicule soit arrêté totalement à un endroit précis, les points limite de toutes les manœuvres de freinage se situeraient dans un rayon de trois centimètres.

Parallèlement aux essais de validation des systèmes d'aide à la conduite, le « pilotage automatique », servira également à l'avenir à effectuer des « essais en conditions extrêmes ». Ces tests imposent au véhicule des charges dépassant largement celles d'une utilisation normale sur route. L'objectif par exemple est de s'assurer que les airbags ne se déclenchent pas involontairement dans le cas où le véhicule lourdement chargé passerait sur un ralentisseur ou une bordure de trottoir. Cette méthode permet ainsi d'éviter un niveau de stress physique élevé pour le conducteur.

Des méthodes d'essai de pointe répondant aux exigences de sécurité les plus élevées

Dans leur travail de développement, les ingénieurs Mercedes-Benz ont utilisé les résultats des recherches internes sur les accidents, qui fournissent des données précieuses. L'association de plusieurs méthodes de validation garantit que l'ensemble des systèmes fonctionnent de manière fiable à tout moment. Le constructeur allemand met l'accent sur la validation qui doit aller bien au-delà des normes de réglementation requises. En matière de sécurité passive, les exigences des crash-tests Mercedes-Benz effectués en interne dépassent largement les normes publiques de crash-test.

Les normes de sécurité passive Mercedes-Benz sont le résultat de simulations par ordinateur et de crash-tests réels. Concernant la sécurité active, Mercedes-Benz s'appuie également sur des méthodes d'essai en réseau de pointe. Les essais des simulateurs de conduite associés à des procédures de simulation permettent un processus de développement plus rapide et plus fiable et viennent compléter les essais de route en conditions réelles. « A Sindelfingen, nous sommes actuellement en train de mettre en place un nouveau simulateur de conduite. Cet équipement haute technologie va nous permettre à l'avenir de concevoir des nouveaux systèmes de sécurité encore plus rapidement et avec plus de précision », confirme Balasubramanian.

Le pilotage automatique base des innovations de demain

Mercedes-Benz est le seul constructeur automobile au monde à utiliser le « pilotage automatique » comme élément complémentaire du processus d'essai. Il sera utilisé sur des pistes d'essai dédiées pour les tests quasiment impossible à reproduire manuellement, comme la fusion à des vitesses et des distances entre véhicules différentes ; les tests à haut risque, dans lesquels, par exemple, un véhicule freine brutalement devant un autre qui fait une embardée au dernier moment ; et les tests de sécurité, lorsque, à une intersection, un véhicule traverse juste devant ou derrière la trajectoire d'un second véhicule.

Avec le « pilotage automatique », Mercedes-Benz a mis au point une nouvelle méthode de test exclusive des systèmes de sécurité. Cet exemple atteste une nouvelle fois de la capacité d'innovation de Mercedes-Benz. Cette nouvelle méthode de test garantit le développement rapide et efficace de systèmes d'aide à la conduite répondant aux normes de qualité et de fiabilité les plus élevées tout en offrant une sécurité maximum pour les employés.

Bharat Balasubramanian résume la situation en ces termes : « Afin de conserver notre position de leader dans le domaine de la sécurité, nos procédures d'essai doivent intégrer la richesse des idées proposées par nos ingénieurs. Grâce au pilotage automatique, nous pensons que nous disposons d'un outil adapté pour mettre au point les systèmes d'aide à la conduite de nouvelle génération. »

 

Contacts :

Eva Wiese, Tél. : +49 711 17‑92311, E-Mail eva.wiese@daimler.com

Helen Däuwel, Tél. : +49 711 17-93307, E-Mail helen.daeuwel@daimler.com